La chronique de l’album de Wet Leg est désormais disponible sur notre site. Cette semaine, nous vous proposons aussi les chroniques à retardement des nouveaux albums de Simon Keats, Midlake et GOOSE. Bien évidemment, nous avons aussi mis à jour notre Chaotic Playlist avec les meilleures sorties alternatives de la semaine. Découvrez tout ça ci-dessous !

Wet Leg – Wet Leg

Il y a longtemps que l’on n’avait pas vu un tel battage autour d’un premier album comme celui du duo britannique d’indie rock Wet Leg. Et bien que l’album soit rempli d’accroches imparables, de paroles hilarantes et de composition divertissante, l’image que les deux comparses donnent d’elles-mêmes est quelque peu vague. Cliquez sur l’image pour lire la chronique complète.

Simon Keats – Falling Star

Nous le connaissons grâce au groupe de nederbeat néerlandais The Kik, mais depuis peu, il est plus connu sous le nom de Simon Keats, l’homme qui est parti à l’aventure en solo ! Paul Zoontjes, l’homme qui se cache derrière ce pseudonyme, a sorti aujourd’hui son concept album « Falling Star ». Il s’agit d’une collection de onze chansons indie pop, saupoudrées d’une touche d’Americana. Cliquez sur l’image pour lire la chronique complète.

Midlake – For the Sake of Bethel Woods

Neuf ans après leur dernier album, les six membres du groupe de folk rock Midlake sont de retour. Le groupe texan a composé onze chansons aux sons principalement psychédéliques, parfaites pour le printemps qui approche. L’album For the Sake of Bethel Woods montre parfaitement à quel point le groupe a travaillé dur pour développer sa musique. Cliquez sur l’image pour lire la chronique complète.

GOOSE – Endless

Endless, le nouvel album du quatuor flamand GOOSE varie entre des rythmes endiablés avec des drops captivants et des mélodies plus douces et lisses. Les moments dans les chansons où, après une accumulation, le rythme change soudainement de façon radicale vous tiennent en haleine et vous font désirer la suite. Le rythme constant rend l’expérience d’écoute agréable sans devenir monotone. Cliquez sur l’image pour lire la chronique complète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.