Texte : Zaza de Vries

Originaire de Warrington au Royaume-Uni, le quatuor de rock Crawlers a explosé sur la scène musicale alternative vers la fin de l’année 2021 lorsque leur chanson « Come over (Again) » a décollé sur Tiktok. Prouvant qu’ils sont bien plus que le groupe d’un seul tube ou qu’un battage médiatique, le groupe a amassé une fanbase stable qui connaît maintenant toutes leurs chansons par cœur. Récemment, Crawlers a sorti sa mixtape « Loud Without Noise ». Nous avons parlé avec la chanteuse Holly Minto et le batteur Harry Breen de l’année écoulée, de leur mixtape et de ce qui les attend.

L’année dernière a été énorme pour CRAWLERS, quel est votre meilleur souvenir de l’année écoulée ?
Harry : Toute la tournée américaine. C’est dingue, non ? C’est comme vivre un rêve. Même si on a passé la plupart du temps à l’arrière d’une voiture pendant huit heures par jour, l’expérience générale était quand même incroyable.
Holly : Je pense que c’est un peu symbolique qu’on ait pu faire ça si tôt dans notre carrière. On a eu tellement de concerts sold out, chaque soir c’était juste incroyable. Mais je pense que mon souvenir préféré en tant que petit ex-emo, ou plutôt, toujours emo, a été de faire la première partie de My Chemical Romance. C’est stupide, on n’aurait pas dû avoir le droit de faire ça. On est encore un groupe de bébés. C’était fou et on a réussi à remplir un concert juste après, c’est vraiment un rêve qui devient réalité.

En parlant d’ouvrir pour My Chemical Romance, comment c’était ?
Holly : C’était fou. Nous n’avons fait qu’un seul jour car Amy (Woodall, guitare) et Liv (Kettle, basse) sont de Warrington. My Chem jouait à Warrington, il n’y a pas de mots pour dire à quel point c’était insensé. Les gars qui s’occupaient de la tournée de My Chemical Romance n’arrêtaient pas de nous vanter parce que nous sommes un nouveau groupe alternatif et que nous sommes de Warrington, alors on les a suivis jusqu’à ce qu’ils nous donnent le concert, et ça a marché. C’était incroyable, on jouait dans le parc local d’Amy et c’était énorme, le plus grand nombre de personnes qu’on ait jamais vu. Gerard Way (chanteur de My Chemical Romance) a prononcé notre nom sur scène, j’ai pleuré et j’ai vomi.
Harry : C’est bizarre parce que Warrington est une ville tellement bizarre pour jouer. Ils l’ont annoncé et tout le monde au Royaume-Uni s’est demandé pourquoi ils jouaient à Warrington.
Holly : Gerard a littéralement dit « Hello Manchester » et on s’est tous dit : « Ce n’est pas Manchester, mais c’est assez proche. »

Si vous pouviez remonter le temps, quel conseil vous donneriez-vous l’année dernière à la même époque ?
Holly : Mets ta santé mentale en premier. Tu es sur le point de faire le voyage de ta vie et tu vas être épuisée émotionnellement. Tu dois commencer à prendre soin de toi le plus tôt possible. Je n’étais pas préparée, alors quand on a commencé à tourner, je suis devenue très anxieuse. Donc, régler ça plus tôt, avant les tournées et les festivals, aurait été plus facile et plus amusant.
Harry : Prends le temps de regarder autour de toi et d’apprécier ce qui se passe. On a encore du mal à le faire maintenant parce qu’on enchaîne les choses les unes après les autres. La tournée américaine est passée si vite, c’était un mois et c’est quand même passé si vite.
Holly : En parlant de la tournée américaine, c’était fou. Les gens venaient vraiment à nos concerts et nous soutenaient depuis le début. Ils criaient nos paroles pendant que je me demandais, « Comment vous savez qui on est, c’est dingue ».

En parlant de concerts, quelle est votre chanson préférée à jouer en live ?
Harry : « Placebo ». Juste parce que ça marche toujours.
Holly : La mienne c’est « I Can’t Drive ». C’est une chanson qui se construit, elle commence comme une chanson relaxante et ensuite elle met la foule en ébullition. C’est tellement bon à jouer dans un festival ou un concert. La foule est déchaînée et crie en même temps. Tout le monde l’adore et j’adore sauter partout.
Harry : Je pense que c’est le meilleur exemple d’une de nos chansons qui est meilleure en concert que sur le disque.

Deux chansons, « Come Over (Again) » et « Fuck Me (I Didn’t Know How To Say) » sont devenues virales sur TikTok et ont souvent servi à présenter votre groupe. Mais quelle chanson de votre discographie pensez-vous être la meilleure pour présenter Crawlers ?
Harry :
N’importe quelle chanson serait une drôle de présentation. Tu écoutes une chanson, puis tu en écoutes une autre et elle n’a rien à voir avec la précédente. Chaque chanson est différente. Il y aura toujours un fil conducteur de Crawlers dans chaque chanson. Mais stylistiquement, chaque chanson est complètement différente. Je ne pense pas qu’il y ait une introduction complète à Crawlers.
Holly :
Je suis d’accord, on est tellement au début de notre carrière qu’on n’a même pas encore sorti d’album. On joue encore avec notre style et on cherche ce qui nous convient. On est aussi en position de changer de style, parce qu’on le peut. Donc, je pense qu’à l’heure actuelle, si tu aimes notre musique, tu vas aimer tout ce qui va nous arriver dans le futur.

Vous avez mentionné un album, y a-t-il un album en préparation ?
Holly : On a toujours dit qu’on allait être un groupe à album. On n’est pas le genre de groupe à ne sortir que des singles. On veut quelque chose de vraiment spécial et ce n’est pas quelque chose qu’on va précipiter, même si on dispose des plateformes maintenant. Mais je te promets qu’on est assis sur des trésors absolus de chansons. 

Au moment où cette interview sera publiée, votre nouvelle mixtape sera sortie. Quelle a été votre chanson préférée pour la mixtape ?
Harry : Celle qui est venue le plus naturellement était « I Don’t Want It ». C’est l’une de ces chansons qu’on a jammées et on savait tous ce qu’il fallait jouer et ce qu’il fallait faire. La démo est identique à la version studio. C’était la chanson la plus agréable à écrire, parce qu’on ne s’inquiétait pas de savoir comment elle allait sonner.
Holly : « I Don’t Want It » a été tellement amusante à écrire et sans pression. Elle a été écrite en dernier et a été rapidement ajoutée à la mixtape. Quand on a dû confirmer quelles chansons on voulait mettre sur la mixtape, tout le monde dans notre équipe était d’accord pour qu’elle y soit. Celle que j’ai le plus aimé écrire était en fait « Fuck Me ». C’est difficile d’écrire sur des choses aussi traumatisantes, mais nous avons pu jouer avec beaucoup plus d’influences. Il y a eu tellement de variations, ça a commencé comme une ballade de type Fionna Apple/Mitski, puis ça s’est transformé en une chanson grunge des Pixies et c’est devenu une sorte de chanson de Gorillaz avec une énorme harmonie à la fin. Le refrain a été écrit en dernier, j’adore écrire le refrain sous pression. C’est maintenant un thème récurrent sur la mixtape. Je n’étais pas aussi sûr de moi quand nous avons commencé à écrire des refrains, mais j’ai beaucoup évolué et maintenant j’adore ça.

Trouvez-vous difficile d’interpréter ces chansons émotionnelles en live ?
Holly : Oui. Quand on était en tournée en Amérique, on venait de sortir ‘Fuck Me’. Chanter cette chanson quand les gens nous la chantaient en retour, ça faisait beaucoup. Je ne voulais pas que nos fans aient un lien avec cette chanson. Peu importe le contexte, c’est une chanson sur le fait de ne pas ressentir l’amour de soi et de donner son corps pour le recevoir. Parfois, ça me touche de jouer cette chanson en live. Mais c’est bon de savoir qu’on crée un lieu sûr ensemble et qu’on traverse cette épreuve ensemble.

Avec quel artiste ou auteur-compositeur aimeriez-vous écrire une chanson un jour ?
Harry :
En tant que batteur, je serais heureux de jouer avec tout le monde.
Holly :
J’adorerais écrire une chanson avec Muna, elles écrivent d’incroyables pop bangers et ce sont d’excellentes productrices. J’aimerais écrire une ballade avec Phoebe Bridgers ou Matty Healy.

Enfin, 2022 est presque terminée, qu’attendez-vous le plus pour 2023 ?
Harry :
Plus de temps en studio. C’est ce que je préfère dans ce métier. Même si ce sont des journées de 12 heures de studio. Vous vous réveillez tous les matins, vous entrez en studio, vous faites de la musique, vous vous couchez le soir et le lendemain, vous recommencez. J’aime tout le reste dans ce travail, mais c’est la meilleure partie.
Holly :
Écrire de nouvelles choses et conceptualiser et finaliser notre album. On aime passer du temps ensemble en studio, on travaille toujours avec la même équipe qu’on a depuis « Come Over ». On ne veut pas changer ce format, mais on travaille aussi avec de nouvelles personnes. C’est très motivant. Oh, et jouer dans des festivals, bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.