Texte : Clara Di Croce
Photos : Florian Baudouin

Samedi soir, avait lieu sur la péniche-concert du Sonic (Lyon 5) une représentation de
deux groupes se mêlant à la perfection à la culture underground des lieux.
Dans un espace intimiste, la musique perce et commence à raisonner vers 21h pour
nous plonger dans un univers particulier, transcendant toute la nuit.

Seppuku, groupe marseillais, nous emporte encore plus intensément dans cette bulle
musicale. Entre violence maitrisée et sonorités intuitives, leurs chansons ne sont pas
seulement un appel à deux idées contradictoires : le contrôle ou le suicide. Elles nous
rappellent également qu’être dans une situation d’entre-deux est humain et toléré. Au fur et
à mesure d’un rythme latent, nous laissant dans une angoisse perpétuelle, les refrains
s’enchainent afin de dévoiler une musique plus entrainante et sûre d’elle-même. Le morceau
« Lost My Smile » en est l’incarnation-même : mélangeant mélancolie anglaise et puissance
vocale, il a le pouvoir de transcender les membres de ceux qui l’écoutent.

Se jouant des codes musicaux traditionnels, Hoorsees, le second groupe à se produire,
se classe comme pratiquant un indie-rock-pop, ne souhaitant pas choisir entre les trois. Cela
marche ! Et ce, à notre plus grand bonheur. En effet, le rythme, à chaque fois différent dans
chacune de leur chanson, nous amène à nous questionner sur l’originalité de leur choix. Les
chansons savent se laisser attendre afin de nous faire davantage apprécier le gout de chaque
tonalité. On peut en juger par la connotation que « Pitfall » et « Hurts » apportent. Laissant
une place plus conséquente à l’instrumentalisation qu’aux paroles, Hoorsees sait réinventer
les codes et conditionne une musique de qualité. En prenant son temps, le groupe tient en
haleine le public donnant encore plus d’appétence à ce dernier. Cette fluide harmonie entre
chanson d’amour punchy et chanson hommage à « un chien disparu » (dires du chanteur)
prouve la volonté de créer un style unique plutôt que d’emprunter des codes musicaux déjà
existants.

des lys de Novembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.