Texte : René Rosierse

Le samedi 28 octobre, And Also The Trees faisait la promotion de son nouvel album « The Bone Carver » au Paard à La Haye. Une bonne occasion de rencontrer le chanteur Simon Huw Jones. Il y a 42 ans, les frères Simon Huw et Justin Jones ont créé leur groupe And Also The Trees. Le groupe de post-punk originaire du Worcestershire (Royaume-Uni) a impressionné Robert Smith et Lol Tolhurst de The Cure au début des années 1980, qui ont décidé de les emmener en tournée au Royaume-Uni en première partie. Lol Tolhurst est également l’homme qui a produit le premier album de And Also The Trees.

Entre-temps, nous sommes maintenant plus de 40 ans plus tard et le mois dernier, le quatorzième album intitulé « The Bone Carver » est sorti. Un album qui a nécessité trois ans de travail. Simon dit que le groupe est très satisfait du résultat et qu’il a déjà reçu beaucoup de réactions positives. And Also The Trees a toujours été un groupe qui ne se répète pas album après album et qui a également réussi à avoir un son propre et à ne pas être facilement comparé à d’autres groupes. C’est ce qu’ils ont fait sur « The Bone Carver ». L’album contient dix merveilleuses chansons pleines de belles histoires, souvent cryptées, sur les relations et les gens dans des paysages idylliques. Justin Jones utilise aussi régulièrement sa guitare pour ressembler à une mandoline et est assisté musicalement par Paul Hill (batterie), Grant Gordon (basse) et Colin Ozanne (clarinette, claviers, guitare).

And Also The Trees est également parti en tournée à travers l’Europe juste après la sortie de l’album et a déjà joué les quatre premiers concerts à guichets fermés. Simon est satisfait des concerts, de la collaboration au sein du groupe et des réactions du public. À Berlin, le groupe a joué deux jours d’affilée à l’Urban Spree. Le premier jour pour promouvoir le nouvel album et le lendemain pour célébrer leur 42e anniversaire avec une belle sélection de leur répertoire. Cela avait été prévu deux ans plus tôt pour une fête plus grandiose mais n’a pas pu avoir lieu pour des raisons que l’on ne répètera pas une énième fois. Simon dit de ces concerts : « Ce n’était pas ce à quoi nous nous attendions. La salle était une vieille salle punk et assez désorganisée mais nous avons joué deux bons sets et le public a apprécié. »

À partir du 28 octobre, la tournée se poursuivra et, outre les Pays-Bas et l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre et la Grèce seront également visitées. And Also The Trees joue un set différent chaque soir. Lorsqu’on lui demande ce que l’on peut attendre au Paard, Simon répond : « Mon travail c’est d’établir les setlists pour les concerts. Je laisse ça varier en fonction de la ville ou on joue et dans quelle salle. Pour le set au Paard, je peux déjà dire qu’il sera en partie composé de chansons de notre répertoire entier car c’est la première fois que nous jouons à La Haye. Bien sûr, nous jouerons aussi quelques chansons de « The Bone Carver ». En tant que groupe, on veut bien sûr montrer le plus possible de notre dernier ouvrage ». La soirée est donc vivement recommandée aux novices et aux fans qui suivent le groupe depuis longtemps.

Les Pays-Bas n’ont pas été visités très souvent par le groupe dans le passé, mais Simon pense qu’il est temps de changer ça. En témoigne le fait que le label chargé de la distribution de l’album aux Pays-Bas, Gentlemen Recordings, a pu y faire venir le groupe pour la troisième fois depuis 2019. Il y a trois ans, le groupe a joué dans un Steck de Delft bien rempli, devant un public enthousiaste. Plus tôt cette année, le groupe s’est produit au festival Vestrock et a réussi à conquérir le public dans une chapelle très joliment aménagée mais étouffante sur le site du festival.

À propos de la notoriété du groupe et de l’obscurité ici aux Pays-Bas, Simon compare le travail que le promoteur fait dans les pays concernés avec le travail que John Peel a fait en Angleterre dans les années 1980 pour And Also The Trees, entre autres. Simon : « Si John Peel aimait votre travail, cela entraînait automatiquement une grande réputation et de nombreuses représentations. C’est aussi le cas avec les promoteurs dans les différents pays. Si un promoteur vous aime et vous demande pour un festival, puis pour un concert, vous pouvez vous constituer un public. En France, par exemple, cela a très bien fonctionné. Malheureusement, cela n’a pas fonctionné au Benelux parce que l’agent se trouvait dans la partie francophone de la Belgique et que les représentations n’aboutissaient pas de l’autre côté de la frontière, aux Pays-Bas. Nous sommes maintenant confiants que cela s’améliore et que plus de gens vont nous découvrir et s’engager avec nous. Nous sommes maintenant un très bon groupe avec d’excellentes performances live ».

Nous ne pouvons qu’être d’accord avec cette dernière affirmation, mais nous aimerions savoir pourquoi Simon pense que le groupe est bien meilleur aujourd’hui que par le passé. « Nous sommes maintenant beaucoup plus sages et meilleurs en tant que musiciens que par le passé. Nous avons également beaucoup plus de chansons à choisir, nous avons sorti 14 albums entre-temps. En outre, nous faisons maintenant plus attention aux décors, ils doivent avoir une bonne dynamique. Nous y pensons beaucoup plus maintenant. Nous sommes devenus plus sages et nous maîtrisons mieux la situation. »

Avec les concerts de Delft et de Vestrock en tête et « The Bone Carver » comme dernière réalisation, nous ne comprenons que trop bien l’approche positive de Simon. Nous remercions Simon Huw Jones pour son temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.