Texte : Florian Baudouin
Photos : Bente van der Zalm

C’est par une chaleur accablante que s’achève cette semaine. On profite donc des quelques heures qui précèdent le concert pour s’installer en terrasse et siroter une bière avant que le show ne commence. On note que l’on n’aperçoit aucune queue pleine de punks impatients d’en découdre et on en conclut que ce sera sûrement une petite date assez tranquille, ce qui serait dommage vu la qualité du plateau proposé. Chunk! No, Captain Chunk!, Oakman et Two Trains Left clôturent ce soir leur tournée française.

En arrivant aux abords du Kao, on se rend compte qu’il y a en réalité un belle petite quantité de monde, ce qui nous rassure. Il est 20h, les lumières s’éteignent et le silence se fait. On entend un sample de Girls Just Want to Have Fun, suivi d’un message d’alerte nous signifiant que nous nous apprêtons à assister à un show de Two Trains Left. Ainsi soit-il ! Voyons ce que ça donne. Ces jeunes gens ne sont pas des filles, mais ils sont venus pour s’amuser ! En tout cas s’ils ne s’amusent pas ce sont d’excellents acteurs. On a donc droit à un punk rock énergique et à la bonne humeur communicative. On n’a cependant pas le sentiment que Two Trains Left propose grand chose de nouveau. Ils savent tout de même se mettre le public dans la poche sans difficulté et pour une ouverture de plateau, ce n’est pas une mince affaire ! Ils concluent leur set en invitant Nicolas Exposito, guitariste de Landmvrks, à partager la scène.

C’est ensuite au tour d’Oakman (dont on a déjà eu l’occasion de vous parler), qui termine sa tournée par une date à domicile. Cela faisait bien longtemps qu’on n’avait plus eu l’occasion de les voir, tout le monde était donc ravi. On a donc pu apprécier le son à mi-chemin entre pop punk et rock alternatif qu’on leur connaissait déjà, mais également découvrir de nouveaux morceaux, dans lesquels on trouve une utilisation massive de synthés, élément que l’on retrouvait nettement moins, si ce n’est pas du tout, auparavant. Cela donne à ces nouveaux titres des airs de dream pop qui viennent élargir la palette du groupe, déjà bien fournie. Le trio termine son set avec “Hope”, l’un de leurs premiers morceaux, où l’on peut admirer la puissance vocale de Marine.

Après quoi, voilà le clou du spectacle : Chunk! No, Captain Chunk! fait son apparition. Le quintet de Paris est venu retourner le Kao pour fêter la fin de cette tournée, grâce à son cocktail explosif de hardcore et de pop punk. La recette : Les mélodies catchy de la pop punk et les riffs et breakdowns ravageurs du hardcore. Florent Salfati, chanteur de Landmvrks (encore eux), y va lui aussi de son intervention. Le public est bien évidemment acquis à leur cause, hurle toutes les paroles à tue-tête, slamme et saute en tous sens mais le moment où il a définitivement basculé dans la folie fût peut-être lorsque le groupe a repris le tube “All Star” de Smash Mouth. Après avoir interprété “Gone Are the Good Days”, titre phare de leur dernier album, le groupe joue “Complete You” qui se révèle être une véritable fête : Les chanteurs des deux autres groupes, qui n’ont en fait jamais vraiment quitté la scène, viennent prendre part au morceau avant d’être rejoints par leurs acolytes, qui vont au choix faire un solo de batte de baseball, de bouteille de rhum, de la percussion sur une bouteille de bière, slammer sur le public.

Pour conclure ce set en beauté, le chanteur invite carrément le public (oui oui) à rejoindre le groupe sur scène pour le dernier morceau. C’est ainsi que l’on se retrouve avec plusieurs dizaines de personnes dansant sur la scène du Kao alors que le groupe joue son morceau. 

Quelle ambiance pour conclure cette tournée en beauté ! Et pour nous, de quoi bien conclure cette semaine et commencer la suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.