Texte : Jacob Parrott

La sortie d’un premier album très attendu, en plus de la signature d’un contrat avec Sub Pop, n’est pas la trajectoire typique de la plupart des groupes après n’avoir pu faire qu’un seul concert. Pourtant, après une année de concerts annulés et reportés, c’est précisément la situation dans laquelle se trouve TV Priest avec la sortie de “Uppers”. Débordant de frustration et de colère, et d’un humour incisif très actuel, “Uppers” est une livraison féroce de post-punk qui fusionne le son et l’esprit incontestable de groupes tels que IDLES et Viagra Boys, tout en parvenant à trouver de l’espace pour embrasser des moments de vulnérabilité plus calmes et plus réfléchis.

Composé de Charlie Drinkwater (chant), Alex Sprogis (guitare), Nic Bueth (basse/clavier) et Ed Kelland (batterie), amis d’enfance, la formation de TV Priest est née du fait qu’ils se voyaient de moins en moins en grandissant et avaient besoin “d’une excuse pour se retrouver”, explique Charlie. Suggérant qu’il “n’aurait pas pu faire l’album à un autre moment”, “Uppers” se vante d’une essence intrinsèque d’honnêteté, qui reflète aussi bien les bonnes que les mauvaises expériences personnelles du groupe au fil des années, tout en s’attaquant volontiers à l’iniquité et à l’état parfois risible du monde actuel. 

Lançant l’album et captivant les auditeurs avec une ligne de basse sordide et distordue, “The Big Curve” est une entrée en matière électrisante qui rappelle les sentiments de l’instrumentation punk traditionnelle. Le morceau parvient parfaitement à établir le style turbulent que TV Priest a adopté pour “Uppers”, grâce à l’utilisation d’une batterie thrash, de riffs de guitare irréguliers et même de mélodies de synthétiseur de science-fiction, le tout superposé à la voix de Charlie, dont la voix a été aggravée de manière appropriée.

Inspiré par la “Mort de la presse écrite” ainsi que par la vie du grand-père de Charlie en tant que photojournaliste et correspondant de guerre, le single “Press Gang”, sorti précédemment, poursuit l’album avec une batterie percutante et un riff de guitare addictif, tandis que “Leg Room” est un morceau complémentaire qui contient un lyrisme mordant suggérant que “Hollywood fait pleuvoir de l’acide sur votre visage” et qui paint une cible sur le confort apporté par l’Hollywoodisation de la société. 

“Decoration” est la pièce maîtresse de l’album, dont le lyrisme est abordé avec un humour manifeste, et qui est accompagné d’une citation mal mémorisée de Simon Cowell lors d’un concours de talents télévisés : “I have never seen a dog do what that dog does”. Le morceau comporte une ligne de basse chaleureuse et un jeu de batterie dynamique, ce qui donne un son indéniablement ludique. Charlie a déclaré que “Decoration” “est un morceau amusant à jouer parce qu’on peut s’y promener et le chanter d’une manière amusante”, ce qui en fait un incontournable à voir en live lorsque le groupe pourra enfin recommencer à faire des concerts. 

“Journal of a Plague Year”, avec son atmosphère en constante tension, à travers un riff de guitare basse profond et en boucle, ainsi que “Fathers and Sons”, qui utilise une batterie pulsante et une instrumentation imparfaite, donnent des indications sur un élément d’expérimentation dans le son de TV Priest. Cependant, cet élan d’expérimentation semble se manifester pleinement dans les intermèdes instrumentaux qui parviennent à ajuster entièrement le genre et le ton de “Uppers”, précédemment établi. “History Week” est le premier de ces morceaux, utilisant de jolies claviers pour créer un sentiment général de liesse plutôt que la musique angoissante qui l’a précédé, tandis que “the ref” est principalement composé d’un paysage sonore industriel, avant de se fondre avec grâce dans une mélodie plus calme dans les derniers instants, alors qu’il mène au morceau suivant.  

Si l’album est rempli de chansons punk tonitruantes et tapageuses, l’essence de ces moments d’émotion plus jolis, plus sincères, est dispersée dans la majorité des morceaux finaux. Ceux-ci semblent rappeler quelque peu les albums plus heavy de Foals, Charlie ayant même choisi de chanter au lieu de parler avec aggressivité, comme il le fait habituellement. “Powers of Ten” affiche de façon spectaculaire ce sentiment d’optimisme renforcé en entrelaçant des mélodies de synthétiseur pétillantes derrière ses riffs de guitare lourds pour une tonalité globale plus légère et plus réfléchie. 

Le titre phare de l’album, “Saintless”, exploite pleinement cela, en voyant Charlie au plus bas de sa vulnérabilité émotionnelle et à l’état brut, sur le morceau écrit pour sa femme et son fils, qui est plein d’espoir. “Les paroles et le chant de ce morceau sont la première prise que j’en ai faite. Je ne les avais jamais chantées auparavant ni montrées à personne”. D’abord timide, avec un riff de guitare évoquant le western spaghetti, “Saintless” devient progressivement plus expansif et se superpose à un morceau monstrueux, plein d’optimisme.

En refusant de s’éloigner de ces témoignages sincères de maturité émotionnelle, tout en offrant un équilibre parfait entre colère volatile et esprit satirique, “Uppers”, dans son ensemble, se présente comme une impressionnante compilation de musique post-punk réprobatrice qui semble extrêmement appropriée pour le temps présent.  

Sub-Pop Records