Texte : Paul van der Zalm

En tant que citadin, vous êtes habitué à la vie dure et vous grandissez un peu plus vite que dans un environnement protégé. En ce sens, il n’est pas surprenant que Goat Girl ait sorti un premier album aussi mature en 2016, alors qu’ils n’avaient que 20 ans. Après tout, le groupe a émergé de la scène autour du Windmill à Brixton, dans le sud de Londres, avec des groupes sympathiques comme Shame, HMLTD et Black Midi. La voix grave de la chanteuse Lottie Pendlebury AKA Clottie Cream pourrait vous embrouiller quant à l’âge du groupe. Mais dans l’ensemble, l’album a toujours la nonchalance d’un groupe d’amis joyeux qui n’a pas grand-chose à perdre. 

Entre-temps, beaucoup de choses ont changé et le groupe a perdu son innocence. Plus dramatique encore, la guitariste/chanteuse Ellie Rose Davies a été diagnostiquée de la maladie de Hodgkin alors qu’elle terminait “On All Fours”, le nouvel album qui sort aujourd’hui. Il y a eu aussi le départ de Naima Redina-Bock et l’arrivée de Holly Mullineaux comme nouvelle bassiste. Ajoutez à cela la pandémie de corona qui a suivi (et qui a rendu Rose Davies encore plus vulnérable), le feuilleton sur les brexit, la mort de George Floyd en Amérique, la question du climat ou quelqu’un qui vous jette du thé chaud dessus sans s’excuser. La réalité ne peut pas être plus surréaliste et l’album semble être le reflet de l’inimaginable.

Le premier morceau, “Plague”, peut bien sûr être considérée comme une référence directe au corona ou à d’autres maladies. Ce qui est remarquable, c’est qu’il est composé d’une partie lente, suivie d’une version plus rapide. Après cela, nous entendons le dernier single “Badibaba”, une chanson de protestation environnementale avec une boucle de basse en guise d’introduction, mais avec une fin sinistre et les paroles “Leave All Sadness Underground” qui peuvent également être interprétées dans un contexte plus large. “The Crack” semble également être une réaction à notre relation avec la nature, mais ces paroles sont plus mystérieuses. Contrairement aux autres morceaux, celui-ci a une intro solide et un rythme martelant (par Rosy Jones à la batterie). La première chanson diffusée, “Sad Cowboy”, par exemple, est beaucoup plus dansante grâce à l’utilisation d’éléments électroniques et elle sonne comme du Pumarosa.

Le point commun des singles est qu’ils sont tous accompagnés d’une vidéo surréaliste. Sur la plupart des chansons de cet album, les arrangements vocaux bien pensés ressortent à nouveau. L’un des meilleurs exemples en est le chant en canon à la fin de P.T.S. Tea (à propos de l’incident du thé). D’autre part, il y a le son des guitares distordues. Malgré les thèmes sombres et les titres clairs comme “Closing In”, “Anxiety Feels” et “They Bite On You”, la musique est plutôt ludique et ouverte. C’est peut-être le travail de Dan Carey (Kae Tempest, Black Midi et Franz Ferdinand) qui a également produit cet album. Le morceau le  plus léger est le presque entièrement instrumental “Jazz (In The Supermarket)”,  avec le superbe texte “woooooaaaah”. 

Dans le spectaculaire avant-dernier morceau, Goat Girl pose enfin la question “Where Do We Go From Here ? La réponse se trouve peut-être dans la prière de clôture alternative “A-men”, intégrée dans des sons de guitare claire : “Bless God, He Tries”. La longue et magnifique outro qui suit ressemble à un cliffhanger…

Rough Trade