Texte : Paul van der Zalm

Il ne manque pas de jeunes chanteurs qui luttent contre leurs démons et trouvent un exutoire dans la musique. D’un autre côté, il y a un grand nombre de fans qui sont toujours prêts à soutenir ces artistes, car ils savent si bien exprimer leurs propres luttes. Nous pourrions probablement discuter d’une de ces sorties chaque semaine sur ce site, mais nous avons la sagesse de ne pas le faire. C’est différent lorsque vous êtes un adolescent d’Oslo, en Norvège, qui atterrit déjà dans le Top 10 des morceaux de l’année 2018 du New York Times avec votre premier single “I Wanna Be Your Girlfriend” et que vous êtes désigné comme l’un des talents à découvrir en 2021 par la BBC et d’autres médias faisant autorité. Les attentes autour du premier album de Marie Ulven Ringheim sont bien sûr élevées et la question est de savoir si elle sera à la hauteur.

if I could make it go quiet… commence bien avec le puissant morceau d’ouverture “Serotonin” aux paroles lourdes qui, selon les informations fournies, remontent à un accident de moto traumatisant de son père dans sa jeunesse. Musicalement, c’est un mélange coloré de styles ; elle semble être encouragée par FINNEAS, le frère de Billie Eilish, qui a coproduit cette chanson. La deuxième chanson est surprenante : pendant un instant, on croit entendre la même chanson dans une version différente. Encore plus que la première chanson, cette chanson change totalement de couleur à plusieurs reprises. Pour le reste, c’est surtout une chanson rageuse et le titre “Did You Come ?” ne laisse rien présager.

Bien qu’Ulven ait enregistré le reste de l’album à Bergen, en Norvège, avec le musicien-producteur Matias Tellez, qui est bien connu là-bas, la ressemblance avec Billie Eilish revient dans “Body And MInd”. Encore une fois, la chanson “You Stupid Bitch” (Can’t you see the perfect one for you is me) est en colère. Dans ce morceau aux allures d’Icona Pop, il semble que l’on parle des hormones plutôt que des démons. Les clichés “Midnight Love” ou “I Call You Mine”, qui commencent par un rythme disco lent, vont dans ce sens, tout comme la chanson “broken heart” chantée avec nonchalance. Et lorsque vous devez attendre le départ de votre vol dans un aéroport de New York, les paroles du mélancolique “hornylovesickmess” peuvent facilement vous venir à l’esprit, même si cela peut tout aussi bien se produire pendant l’un des nombreux trajets en voiture entre Oslo et Bergen, où vous avez beaucoup de temps pour réfléchir. Ne vous laissez pas tromper par l’intro faussement optimiste. “Apartment 402” semble au premier abord la chanson la plus déprimante de l’album, mais heureusement, elle offre aussi une place pour l’espoir. Musicalement, il pourrait même faire l’objet d’un mix de musique dance. 

Toutes les chansons de l’album durent environ trois minutes, à l’exception du morceau de clôture. Ce court morceau instrumental au clavier électronique constitue la deuxième partie du titre de l’album : “…it would feel like this”.

AWAL / V2

Photo : Jonathan Kise