Texte : Laura Rosierse

L’auteur-compositeur-interprète Felix Saunders crée des mélanges enchanteurs alliant folk, country et blues, et vient de sortir son premier EP “I Guess This Is Progress”. Cet EP de quatre titres est une œuvre douce et décontractée qui met en valeur son style et ses capacités musicales bien produites et polyvalentes. Originaire des Western Isles, l’artiste écossais s’inspire d’expériences et émotions personnelles pour les intégrer dans des chansons émouvantes et sincères. 

“I Guess This Is Progress” commence par la chanson aux airs folk pop “Hope And Faith “. Le chant rauque de Felix prend une profonde inspiration et, avec sa légère tension, dépeint l’image d’une personne qui se repose sur la foi et qui est sur le point de perdre espoir. C’est une chanson presque parlée, enchanteresse, semblable à un mantra, avec des compositions soigneusement créées, qui aurait pu être un peu plus impressionnante si le chant de Felix avait été un peu plus prononcé. On continue avec le single “Sinking Fast “, une chanson presque déchirante et aux paroles très directes. Le paysage sonore de cette chanson est plus rempli et joue sur des arrangements rock alternatif, mais à un rythme plus lent. Ces paroles directes sont presque le fil rouge des titres et de la façon d’écrire de Felix Saunders : “Je suis un personnage trop direct pour m’encombrer de questions ou d’intrigues”.

“King Of Nothing” est le premier single de l’EP et est sorti dix jours plus tôt, ce single est aussi très certainement le plus fort de l’EP avec un rythme presque hymnique et une montée en puissance qui est à la fois stimulante et apaisante. Une belle signification se cache à la fois dans le titre du morceau et dans le morceau lui-même, son nouveau titre confirme qu’il est, comme tout le monde, à la recherche de réponses et du sens de la vie. Avec quelques parties instrumentales réfléchies, la chanson voyage comme les vagues. La dernière chanson de l’EP, ‘Somthing Waltz’, ressemble au son de FINK, avec un peu de Beans on Toast et une version épurée de The Slow Readers Club et termine en beauté la dernière série de chansons de Felix Saunders. 

“Ces chansons ressembleront à celles que l’on entend lors d’une session nocturne qui s’est prolongée jusqu’à l’aube, et ceux qui voient le soleil se lever peuvent déverser leurs secrets les plus intimes et essayer de les faire disparaître à chaque nouvelle gorgée de n’importe quel alcool qui a aidé et encouragé le processus”. C’est fragile, honnête et sans fioritures, c’est Felix Saunders à l’état pur.