Texte : Jacob Parrott

Mis à part un autre single largement diffusé depuis la première de leur premier titre “Athènes, France” début 2019, pendant un certain temps, la seule façon de se faire une idée réelle du catalogue musical dynamique de Black Country, New Road et de son évolution était soit d’assister à l’une de leurs performances live vigoureusement captivantes, soit de vivre dans l’attente qu’un enregistrement vidéo suffisamment décent fasse surface quelque part en ligne.  C’est pourquoi, avec la sortie de leur premier album, “For the First Time”, les fans peuvent maintenant se délecter librement d’une collection de six titres qui réussissent à fusionner des éléments de post-punk, de post-rock et de nu jazz, tout en présentant des instruments moins courants, y compris des sections de musique klezmer juive et même des synthés 8 bits. 

Avec sept membres, Lewis Evans (saxophone), May Kershaw (clavier), Charlie Wayne (batterie), Luke Mark (guitare), Isaac Wood (voix/guitare), Tyler Hyde (basse) et Georgia Ellery (violon), qui sont un mélange de musiciens classiques et autodidactes, il est facile de comprendre d’où provient potentiellement la variété des influences qui composent le son caractéristique de BC,NR. 

L’incapacité à véritablement classer BC,NR est évidente dans le morceau d’ouverture, “Instrumental”, qui démarre courageusement, mais efficacement, l’album avec une piste instrumentale de cinq minutes et demie, comprenant une combinaison de roulements de batterie jazz, une ligne de basse lancinante et des mélodies d’inspiration orientale, le tout superposé à un riff de synthétiseur qui ne manquerait pas de figurer sur la bande sonore d’un RPG rétro. Même sans le lyrisme spirituel et référentiel typique de Wood, BC,NR, le groupe parvient à exprimer une histoire épique par la musique seule, en associant des instruments qui, sur le papier, ne vont peut-être pas ensemble, mais qui, en pratique, mettent en évidence le sens profond de l’harmonie que le groupe a lui-même déclaré avoir enraciné, grâce à un déploiement monumental de musicalité complémentaire.

Le titre sorti précédemment et le nouvel enregistrement, “Athens, France” et “Sunglasses” ont été modifiés pour refléter la croissance du groupe au cours des deux dernières années depuis leurs premières sorties, en décidant de réduire l’angoisse et l’intensité générale tout au long des morceaux, tout en introduisant des moments plus calmes par intermittence, comme les riffs de guitare plus doux qui clôturent désormais “Athens, France”, ainsi que le fait que Wood ait gagné en confiance, en tant que frontman, pour chanter dans certaines sections plutôt que d’utiliser systématiquement la parole agressive qu’il avait utilisée auparavant. Les morceaux sont toujours pleins de guitares distordues et de mélodies de saxophone à profusion, mais l’approche révisée de l’instrumentation et l’adaptation de certains des textes les plus grossiers (“f*** me like you mean it this time, Isaac” dans l’original “Sunglasses”) montrent clairement la croissance collective et la maturité technique que BC,NR a connues avant la sortie de l’album.

Ce sentiment général d’une “approche beaucoup plus réfléchie” dont parle Evans se ressent de façon exponentielle dans “Track X”, qui se distingue agréablement par son air de sérénité et de jubilation, remplaçant l’essence typique de la peur véhiculée par les autres pistes de BC,NR. Souligné par des riffs de guitare brillants et un violon bondissant qui sous-tend l’ensemble du morceau, “Track X” parvient à s’orienter vers le territoire de la musique folklorique, même en mettant en avant de gracieuses harmonies vocales féminines pendant le refrain pour doubler le rayonnement féerique du morceau. 

Bien que l’album ait ses moments plus calmes, “For the First Time” déborde encore assurément des paysages sonores apocalyptiques qui ont fait la réputation de BC, NR. Avec un shred de guitare vigoureux et lourd, de violentes rafales de saxophone et des aboiements répétés de Wood “It’s Black Country out there”, “Science Fair” en est un excellent exemple, débordant magistralement d’un sentiment de tension toujours croissant qui semble annoncer la fin des temps. 

Le dernier morceau, “Opus”, clôt magnifiquement l’album avec ce qui semble être un amalgame de tout ce qui l’a précédé. Les influences klezmer orientales, de “Instrumental”, associées aux monstruosités chaotiques de “Sunglasses” et “Science Fair”, ainsi que les moments de réflexion plus réfléchis de “Athens, France” et “Track X” sont tous présents ici. Avec des riffs de guitare addictifs, des accompagnements de violon et de saxophone vifs, tous stimulés par une batterie percutante et des lignes de basse profondes et entraînantes, “Opus” transcende les sommets et les vallées, passant continuellement d’une angoisse orageuse à une vulnérabilité réfléchie, et inversement, menant à une conclusion monumentale remplie de tension. 

For the First Time”, comme premier album, dégage une énergie rauque, une intensité féroce et une expérimentation irrésistible, qui s’épanouit simultanément dans des moments de réflexion considérés comme plus calmes. Chaque morceau agit individuellement comme un riche paysage sonore et un voyage auditif qui récompense l’écoute répétée pour découvrir la musicalité multicouche qui l’habite. En perfectionnant les morceaux déjà publiés et en abordant l’album dans son ensemble, BC,NR font preuve d’une maturité et d’une confiance en soi toujours plus grandes en tant que musiciens et se positionnent comme de sérieux candidats pour le prix Mercury.

PIAS Recordings