Texte – Koen Ruijs
Traduction – Florian Baudouin

Bad Nerves vous emmène dans un squat plein de sueur au milieu d’une foule de punks en délire

Après que la sortie ait été reportée, tout comme bon nombre d’albums de cette année, le premier album du groupe de punk basé dans l’est londonien Bad Nerves, est enfin sorti cette semaine. Mais il n’a pas été trop compliqué pour le groupe de s’occuper ces dernières années. Ils ont joué à l’Eurosonic-Noorderslag Festival aux Pays-Bas en janvier passé et ils ont donné un vaste aperçu de leur nouvel album en sortant pas moins de dix singles.

Ce premier album, éponyme, montre un état d’esprit selon lequel les gestes sont plus éloquents que les mots. Le tempo rapide vous bouscule tel un groupe de jeunes gens en cavale sur le chemin de la liberté éternelle. Tout ceci est recouvert d’une veste en cuir ornée de pins des Ramons, Jay Reatard et The Clash. Cette ambiance s’installe immédiatement sur l’ouverture “Can’t Be Mine”. Cette première chanson nous prépare aussi pour la seconde explosion “Mad Mind”, un morceau ayant une touche mélancolique sur les couplets. Le Bobby Nerves larmoyant semble vraiment s’ennuyer et désire trouver quelque chose qui lui donnera le coup de fouet nécessaire pour appuyer sur l’accélérateur pied au plancher pendant un instant. Car avant même de s’en apercevoir, on rend son dernier soupir. La vie est trop courte pour rester assis et s’ennuyer !

Pour le reste du groupe, la vie semble trop courte pour ne serait-ce que s’arrêter pour reprendre son souffle, car lors de “Baby Drummer”, le quintet n’a pas l’air de savoir s’arrêter, et continue à frapper aussi fort. Avec Baby Drummer, le groupe exprime un désir de nouveauté, qui va vite se produire au sein des désormais traditionnels sons de guitares. La ligne “Nice to meet you baby drummer” dessine un étrange ordre établi voyant l’arrivée d’un petit nouveau au sein de leur cercle familier. L’idée selon laquelle le groupe tente de se présenter par ce moyen à la scène punk internationale apparaît en écoutant cette chanson.

Bad Nerves vous emmène dans un squat plein de sueur au milieu d’une foule de punks en délire. Vous avez envie de balancer votre bière en l’air et de vous jeter dans le moshpit avant de rentrer chez vous au milieu de la nuit avec des vêtements déchirés, mais avec un sentiment de satisfaction. La vie est trop courte pour tout calculer. Agissez et amusez-vous. Et surtout, ne faites pas attention à ce que pensent les autres. Parce qu’avant que vous ne vous en aperceviez, votre temps est écoulé.

Le premier album de Bad Nerves est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Il est également disponible en vinyle et CD chez Suburbian Records.

Photo : Bente van der Zalm