Texte : Susanne van Hooft
Photos : Jasmijn Slegh

Ce n’est que récemment que Excerpts From Chapter 3: The Mind Runs A Net Of Rabbit Paths, le nouvel album de Rats on Rafts, est sorti. Le groupe originaire de Rotterdam suit sa propre voie depuis des années. Un exemple de cette indépendance est que le dernier album est sorti sur leur propre label Kurious Recordings et a été enregistré entièrement en analogique. Et le groupe a annoncé un certain nombre de concerts en avril et en mai. C’est le moment parfait pour discuter avec le chanteur David Fagan.

Pour aller droit au but : votre album a été enregistré en analogique. Pourquoi est-il si important que votre musique soit enregistrée de cette façon ?
Il y a tellement plus de ressentis dans le son lorsque vous l’enregistrez en analogique et que vous le coupez directement de la bande maîtresse. Toute l’expérience du groupe est liée au vinyle. Bien sûr, on ne peut plus échapper au numérique, mais cela ne fonctionne pas pour nous. Je peux vous donner des détails techniques, mais il vaut mieux utiliser vos oreilles. Vous pouvez écouter à la fois notre CD et notre LP et vous remarquerez la différence de son et de qualité. Je l’ai remarqué pour la première fois lorsque j’ai commencé à acheter des disques originaux des années 70 ou 80 d’albums que j’avais achetés sur CD quand j’étais adolescent. Leur son était si cool. Si le signal reste complètement analogique, vous conservez une certaine qualité qui est essentielle à certaines musiques. Avec la numérisation, un certain sentiment disparaît et il y a une déformation du personnage. C’est aussi assez logique que tout devienne différent quand vous changez le son en zéros et en uns.

En attendant, la sortie de l’album a eu lieu il y a un petit moment. Comment avez-vous vécu tout ce temps sans jouer de concert ?
J’ai l’impression que toute la dimension physique disparaît. Je commence à avoir un sentiment étrange là-dessus. Normalement, quand on sort un album, on fait beaucoup de concerts. Les gens vont se demander entre eux : “Tu as écouté ce nouvel album ?” Et dans les magasins de disques, les disques sont exposés. En perdant les concerts, tout ce pour quoi on fait tout ça disparaît aussi. On a fait quelques sessions en direct, une Twee Meter Sessie et une session Eurosonic. Vous voyez qu’elles suscitent beaucoup d’intérêt. Les gens nous laissent entendre qu’ils attendent des concerts.

Vos chansons semblent toujours se dérouler et raconter une histoire. Quand on écoute le disque, tout semble avoir été pensé. Est-ce que vous arrivez toujours à improviser en direct ou voulez-vous que tout soit exactement comme sur le disque ?
Pas tout, mais une grande partie du disque, vient de l’improvisation. Certaines choses ont été enregistrées à la dernière minute et nous avons fait des choix en improvisant. Quand on joue en live, on veut garder le feeling de l’album, mais aussi le traduire dans la façon dont il fonctionne le mieux en live. Cela signifie que nous ne suivons pas nécessairement l’ordre d’un disque et que nous ne respectons pas nécessairement la longueur des chansons. C’est différent si vous écoutez un disque à la maison ou si vous entendez les chansons pendant un concert. Nous devons faire les choses différemment en live, mais c’est ce que j’aime : voir comment on peut créer quelque chose d’encore mieux à partir de quelque chose qu’on a déjà.
L’improvisation est certainement restée un élément important, mais elle n’est plus aussi présente qu’auparavant. Lorsqu’on se produit sur scène, on se met d’accord sur quelques points, comme par exemple sur la façon de commencer. Mais le mieux est de ne pas se mettre d’accord sur les interludes. Cela oblige tout le monde à réagir de façon très vive pendant la représentation et à rester concentré. La partie la plus intéressante d’un concert est bien sûr quand quelqu’un casse une corde, surtout à la basse ou quand quelque chose ne va pas à la batterie. La règle est alors de continuer à jouer, afin de voir comment on va s’en sortir. Ce sont des moments intéressants qui vous permettent de vous démarquer. Cela ne peut que stimuler l’énergie et la concentration qu’on a ensemble. Et c’est aussi un défi, parce que si quelqu’un prend le lead, alors vous devez le suivre.

Quel a été le moment le plus difficile en concert ?
Il y en a eu pas mal. Ces dernières années, ça a été, mais en 2015, quand on a joué à Incubate, quelque chose est tombé en panne. Je pense qu’il y avait un problème avec l’ampli et on a dû continuer à jouer pendant qu’il était remplacé. Ca a créé un tout nouveau morceau. Beaucoup de chansons sont nées de cette façon. Il arrive souvent qu’on joue quelque chose par accident. Je pense toujours qu’il est très important de ne pas sous-estimer les coïncidences. Si quelque chose arrive par accident, il est important de comprendre ce qui se passe, afin de pouvoir l’utiliser à nouveau plus tard. C’est la deuxième partie : tourner la situation à son avantage.

Et cela vous donne-t-il des frissons et vous fait-il plaisir ? Ou ça vous donne des sueurs froides ?
Au début, vous pensez : “Merde, qu’est-ce qui se passe ?” Et puis vous comblez le vide. Mais si vous le comblez et que vous vous concentrez, alors tout ce qui vous entoure disparaît. Mais une fois que c’est terminé et que vous vous rendez compte que le problème n’est pas encore résolu, alors vous recommencez à vous inquiéter (rires).

Selon vous, qu’est-ce qui détermine si une performance est bonne ?
Ca dépend du public, ou du moins je ne pense pas que ça devrait en dépendre mais le public peut avoir une influence. Ce qui se passe naturellement. Ce qui est bien avec le live, c’est que tout peut arriver. J’aime l’idée qu’à tout moment, quelque chose peut complètement déraper. Je veux aussi faire l’expérience que lorsque je suis à un concert, quelque chose d’unique se produit. Nous avons assisté à beaucoup de concerts qui se sont bien ou mal terminés. On peut travailler très dur pour un concert, mais parfois, ce n’est tout simplement pas votre jour. Alors vous faites déjà la gueule avant même que le concert ait commencé et rien ne peut changer ça. Et parfois vous pensez que ça ne va pas marcher et puis d’une façon ou d’une autre, ça prend une autre tournure.

Avez-vous un exemple de concert qui s’est avéré très surprenant ?
Un exemple est le concert à Brest, en France. Un des derniers avant le Corona. C’était spécial. Les Français ont tout fait de manière détendue. Nous avons eu un bon repas et nous avons eu beaucoup, beaucoup de temps pour vérifier le son et tout le reste. Puis nous avons dû monter sur scène et soudain la salle était pleine et je me suis tout de suite dit: ça va pas. Ils nous ont rendu trop détendus et ont maintenu notre énergie à un niveau trop bas. Ensuite, on a dû passer à la vitesse supérieure. J’ai vraiment fait de mon mieux et le public semblait s’amuser, mais tout le groupe a eu le même sentiment par la suite. Et j’ai vraiment essayé et le public semblait s’amuser, mais tout le groupe a eu le même sentiment par la suite. On n’avait pas autant d’énergie qu’on voulait. J’ai aussi vécu l’inverse. Je me souviens d’un concert à Brighton. J’étais très énervé et je criais sur l’ingénieur du son et il me criait dessus. Puis nous avons commencé à jouer le spectacle et c’était du lourd. Parce qu’ensuite, l’énergie arrive. Donc ça peut aller dans les deux sens.

Votre dernier album s’intitule ” Excerpts From Chapter 3 The Mind Runs A Net Of Rabbit Paths “. Que signifie ce titre ?
C’est une phrase que j’ai tirée d’un livre, qui a ensuite été transformée en chanson, mais en gros, elle fait référence à la trajectoire qui traverse votre cerveau et qui établit différentes connexions. Quelque chose qui se déclenche en vous ouvre une porte ailleurs. C’est à cela que ça fait référence.

Vous vous retrouvez dans un endroit où vous ne vous attendiez pas à être, tout comme avec les coïncidences et les rêves. C’est aussi ce dont parlent les chansons de votre album.
Cela fait partie du disque. Comme les choses peuvent être aléatoires, que vous n’avez aucun contrôle sur votre subconscient. “Where Is My Dream” est en fait constitué de différentes étapes d’un rêve. Ce que je trouve intéressant, c’est que vous pouvez vous réveiller au milieu d’un rêve et penser : c’était un beau rêve, je vais continuer à rêver pendant un certain temps. Et puis cela se transforme en cauchemar. On ne se retrouve jamais dans la même histoire, il y a toujours un rebondissement. Je pense que cette chanson est en fait une interprétation primitive de ce sentiment.

Vous parlez de coïncidences et de rêves, la vie mentale est-elle importante pour vous ?
Vous voulez dire le spirituel ? Non, pas vraiment. Je suis plutôt terre à terre, pas religieux. Mais vous devez suivre certaines philosophies pour créer une vérité fictive dans laquelle vous pouvez fonctionner. La différence avec quelqu’un qui est religieux, c’est que je ne la considère pas comme la vérité. Je la vois comme ma vérité que je dois créer pour y évoluer. Je suis conscient qu’elle vit dans ma tête.

La façon dont vous regardez les rêves et la vérité fictionnelle que vous créez fait partie de votre musique, mais pour vous c’est surtout quelque chose de personnel ?
Oui, absolument. Et pour revenir à cette histoire analogique qui, je pense, contient une vérité scientifique : Je ne pense pas que ce soit important pour tout le monde non plus.

Vous avez déjà mentionné la vérité à plusieurs reprises. Dans quelle mesure la vérité est-elle importante pour vous ?
La vérité ? Eh bien, l’honnêteté est quelque chose que j’apprécie énormément, tout comme la vérité et la réalité. Je trouve intéressant de voir comment notre cerveau peut nous faire sortir de la vérité et de la réalité. C’est très intéressant.

Et on voit cette tension et ce surréalisme se refléter dans votre album.
Oui, j’ai souffert de sautes d’humeur pendant cette période. Un jour, je pouvais entendre un morceau de musique et l’adorer, et le lendemain, je le jetais à la poubelle. Cela a donc déjà eu une grande influence sur la question : qu’en penses-tu vraiment ? Au final, ça s’est bien passé. On manque probablement de concentration ou on a d’autres choses en tête qui rendent la concentration difficile.

Comment savez-vous que vous n’avez pas jeté de perles ?
On ne sait jamais. Je ne pense pas. Nous n’avons pas jeté grand-chose. Nous avons failli ne pas mettre la chanson Tokyo (Tokyo Music Experience) sur le disque. Nous avons pensé que c’était plus un vrai single et c’est pourquoi il a été difficile de lui trouver une place sur l’album. Il s’est avéré que la chanson ajoutait à l’album un ingrédient dont il avait besoin. Maintenant, je pense que c’est l’un des points forts de l’album, parce qu’il apporte de la diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *