Texte : Paul van der Zalm
Traduction : Florian Baudouin

La plupart des chanson du second album de Meadowlake, qui est sorti aujourd’hui (vendredi 13 novembre) ne surprendront pas ceux qui suivent ce groupe. Six des dix chansons sont sorties avant l’album, à commencer par “I Won’t Let You Down” fin novembre 2019 pour finir par “Under The Sea” il y a quelques semaines.

Wait For Me fait suite à un premier album puissant sorti en 2018. A la sortie de leur premier album, on pouvait se demander si le label “dreampop” était un bon descriptif de leur musique, mais sur ce nouvel album il n’y a plus de place au doute. Vous ne trouverez pas de chanson plus “dreamy” que le premier morceau “Wait For You”. Alors ce n’est pas étrange que le groupe ait été choisi par DKFM Shoegaze Radio pour être programmé sur le DreamGaze Worlwide online festivak en juin.

Comme pour l’album d’il y a deux ans, la plupart des chansons sont réellement envoûtantes. Bien sûr, c’est le cas pour “Under Your Spell” qui parle de rester fidèle, qu’importe les circonstances, ce qui n’est pas uniquement le cas entre les membres du groupe, mais également en ce qui concerne la relation entre le groupe et ses fans. Le groupe a tellement regretté de ne pas pouvoir voir ses fans qu’ils ont même proposé d’envoyer des cartes postales à ceux qui voulaient rester en contact. Mais cet envoûtement s’applique aussi à “Blood Crawls”, bien que cette chanson traite de la fin d’une relation. C’est l’une de leur meilleures chansons mais aussi l’une des plus rapides, avec cette “signature Meadowlake” ; un tandem carré et cohérent mais toujours entraînant, entre Sélina Aerts à la basse et Tjeerd Bennink à la batterie par dessus lesquels les sons sinueux de la guitare d’Erik de Breij et le chant de Jarno Olijve et Gertine Veenstra se font entendre. On peut noter que sur cet album le chant de Veenstra est plus présent que sur le précédent et celui d’Olijve l’est un peu moins. Cela ressemble presque à un unisono, à part quelques fois lorsque les deux voix travaillent ensemble de très bonne manière à la fin de cette chanson. “Lights Out” ajoute même une troisième voix. “Dirty Habits” est vraiment spécifique de Meadowlake égalemet. Bien qu’elle ne s’emballe vraiment jamais, c’est l’une des plus heavy de l’album. La guitare sinueuse est également présente à la fin de “Say My Name”, une chanson écrite dans une mesure en 7/8 avec un motif de piano récurrent sous le feu des projecteurs. C’est dommage que textuellement l’album finisse en mineur avec “Loveless”. Cette chanson pourrait être un bon hymne à la situation dans les maisons de retraite lors du premier confinement. Musicalement, ça évoque également la tristesse. Mais heureusement, l’ode à Olivia dans “Under The Sea” et “I won’t let you down au début de l’album compense ça.

La plupart des chanson de Wait For Me ont été écrites dans une maison de campagne en Frace qui est représenrée sur la jaquette de l’album. L’album a été enregistré au Dufry Studio à Amsterdam et au Mailmen Studio à Utrecht et à nouveau produit par Minco Aggersmen. Le mixage a été réalisé par Martijn Groeneveld et le mastering par Wessel Oltheten.

Bien qu’on ait hâte de voir le groupe en action, la release party prévue pour le 13 novembre à Groningue, leur ville natale, a été repoussée à cause des mesures sanitaires.

Agile Ivory Records