Tekst: Koen Ruijs
Foto’s: Mishael Phillip

Un mercredi matin brumeux et une connexion Zoom. C’est dans ce cadre que CHAOS Music Magazine s’entretient avec le frontman d’Iceage, Elias Bender Rønnenfelt. Le 7 mai, le cinquième album studio du groupe de post-punk danois est sorti. Une raison suffisante pour parler de religion, de fuites et du côté séduisant de la prise de risques. Pour commencer, Elias allume nonchalamment sa première cigarette de la journée, puis regarde l’écran de son ordinateur d’un air interrogateur. 

Comment se passent les journées qui précèdent la sortie de votre prochain album ?
Ces derniers temps, je suis souvent en train de répéter. À part ça, je suis encore souvent à la maison. Mais récemment, les premiers cafés et restaurants ont ouvert ici, ramenant un peu de la vie  normale à Copenhague. Quelque chose dont tout le monde ici rêvait après un hiver scandinave glacial et confiné. 

Pour les artistes, l’année écoulée a été morose et sans perspective. Comment fais-tu pour continuer à trouver l’énergie nécessaire pour être créatif dans une telle période et pour faire de nouvelles choses ?
Dans mon cas, c’est presque involontaire.  Écrire de la nouvelle musique me donne un but. Cela me donne le sentiment que je peux donner un sens au monde qui nous entoure. J’écris parce que je veux savoir ce que je ressens envers moi-même. Les pensées humaines constituent souvent un grand chaos. En écrivant ses pensées, on obtient un sentiment plus concret à leur sujet. Ce besoin intérieur est si fort que j’ai vraiment l’impression de devoir répéter ce processus tous les jours.

Qu’est-ce que tu autorises à nourrir tes trains de pensées chaotiques ? En bref, qu’est-ce qui te fait écrire ?
Dans mon cas, l’écriture va de pair avec le sentiment que je n’ai rien à dire. Cela conduit à une situation où je regarde sans cesse autour de moi avec une feuille de papier blanche. Lorsque je m’assieds un moment, les choses changent dans mon environnement. J’interprète ces changements à ma façon, ce qui met mon stylo en mouvement. Le résultat est une description de mon image de la réalité à ce moment-là. Chaque jour, je note mon interprétation de la réalité dans des carnets. C’est une source dans laquelle je peux puiser des thèmes pour des chansons et où je peux relier des histoires entre elles. Deux personnes différentes sur lesquelles j’ai écrit peuvent devenir un nouveau personnage. La situation que je veux décrire dans un texte ne doit pas forcément être la même que la réalité, bien sûr.

Avec “Seek Shelter”, avez-vous un ou plusieurs messages à faire passer ?
Nous ne sommes pas vraiment un groupe qui veut faire passer une question ou un message dans une chanson. Je ne pense pas que la musique soit si importante pour des questions ou des conclusions concrètes. Je pense que les messages sont trop simples et donc unilatéraux. Personnellement, j’aime les choses compliquées et illogiques. Je veux faire un tableau avec des facettes qui peuvent faire référence à différentes choses.

C’est peut-être une question étrange, mais si vous n’avez pas de message concret à exprimer, pourquoi continuez-vous à faire de la musique ?
Une œuvre d’art ne doit pas nécessairement avoir une raison d’être bien définie. Si je vois ou entends des choses qui m’attirent, c’est parce qu’elles continuent à se répercuter en moi. Je ne peux pas moi-même donner une réponse rationnelle à cette question.
En tant qu’êtres humains, nous avons des émotions et nous pouvons les partager. Les émotions sont une forme brute et pure d’énergie. Il n’y a généralement pas de raison réfléchie derrière elles. Je suis également un peu réticent à expliquer des textes aux gens. Parce que je pense que les informations les plus importantes se trouvent juste dans les mots et dans la musique elle-même. Mon point de vue à ce sujet n’est pas si pertinent. Ce qui est le plus pertinent, c’est l’image que les paroles créent dans l’esprit de l’auditeur.

Dans votre musique, des références à la religion apparaissent régulièrement. D’où viennent ces textes à caractère religieux ?
Je suis issu d’une famille catholique et j’ai toujours fréquenté une école chrétienne, j’ai donc grandi avec cette vision religieuse. Pourtant, lorsque j’écris des textes, je ne fais pas consciemment référence à la religion. C’est ancré en moi. Chaque fois que cela se produit, je ressens immédiatement dans mon ventre : “Oh merde, c’est reparti”. Même si ce n’est pas forcément faux, bien sûr. La religion rend les thèmes extra-terrestres ou inhumains. Elle fait passer les choses de la vie normale à un niveau spirituel, intangible. Ce qui correspond au sentiment que nous essayons d’évoquer avec notre musique.

Sur “Seek Shelter”, on peut entendre qu’une chorale élève encore plus votre musique. Comment êtes-vous entrés en contact avec une chorale gospel ?
Au départ, nous ne savions pas comment contacter une chorale gospel à Lisbonne ou dans les environs, mais nous avons fini par entrer en contact avec le “Lisboa Gospel Collective”. Ils sont venus dans la salle d’enregistrement les deux derniers jours de studio. Moi et le reste du groupe avions fait 12 jours complets de studio, travaillant souvent la nuit et n’ayant que quelques heures de sommeil. Après 12 jours dans le studio, on était à un point où on devenait fous. On devient claustrophobe quand on passe autant de temps ensemble dans un petit espace.
Quand la chorale est arrivée, j’étais un peu tendu au début. C’était purement parce que je n’avais aucune expérience de travail avec une chorale. Je n’ai pas non plus la moindre idée de la façon de faire des arrangements pour une chorale. J’avais aussi peur qu’ils ne comprennent pas la musique que nous faisions et que le processus s’enlise. Mais lorsque les membres de la chorale sont arrivés, ils n’ont dégagé qu’une énergie positive. Ils ont très bien géré la situation et se sont montrés très inventifs en inventant leurs propres parties de chant en l’absence de tout arrangement choral.

Tu as dit que les enregistrements ont eu lieu à Lisbonne. Comment avez-vous atterri au Portugal en tant que groupe danois ?
Chaque fois que nous enregistrons un album, on veut toujours s’échapper de Copenhague. On veut s’isoler dans un endroit qui sort de l’ordinaire. Lisbonne est une ville qui m’a toujours attiré. Dès que nous y sommes allés en tournée, j’ai ressenti un certain mystère autour de la ville. Je sentais qu’il y avait quelque chose de caché dans cette ville que je devais découvrir un jour.
Pete, le producteur de Seek Shelter, vit au Portugal. Il connaissait un studio à Lisbonne. Au final, tout indiquait que l’album devait être enregistré là-bas.

Peux-tu nous parler du studio et du temps que vous y avez passé ?
Le studio se trouvait dans la banlieue de Lisbonne. C’était un vieux bâtiment vétuste. Pendant les enregistrements, il pleuvait tous les jours au Portugal. Le toit du studio était si fragile qu’il s’est mis à fuir. On avait presque l’impression qu’il pleuvait littéralement dans le studio. On a été obligé de protéger l’équipement avec des sacs en plastique et des morceaux de toile. Bien sûr, ce n’était pas la situation que nous avions envisagée à la base. Mais à mon avis, chaque obstacle est une impulsion nouvelle et unique. Il vous oblige à penser en dehors de vos propres plans et attentes.

Quel a été le moment le plus difficile du processus d’enregistrement ?
Tout le processus a été difficile. L’enregistrement d’un disque n’est pas censé être facile ou direct. C’est pourquoi j’ai du mal à citer une chose en particulier qui a été la plus difficile pour moi. Devenir fou mentalement dans un studio, se frapper la tête contre un mur. Cela peut sembler lourd, mais je pense que c’est aussi le plaisir d’enregistrer un disque. J’aime quand il y a un risque que le projet puisse échouer. Le risque que les chansons que nous avons écrites soient complètement ratées en studio. Ça crée une urgence qui, je l’espère, se ressent sur “Seek Shelter”.

Photo : Bente van der Zalm

L’urgence peut incontestablement être entendue dans votre musique. Le ton que tu prends lorsque tu commences à chanter joue un rôle important à cet égard. Cette façon de chanter est-elle quelque chose que tu as dû chercher pendant longtemps au cours des premières années d’Iceage ?
Quand on a créé Iceage, il fallait que quelqu’un se mette à chanter. Et c’était moi. Je n’avais aucune idée du style ou du son à l’avance, si ce n’est d’ouvrir la bouche et de voir ce qui en sortirait. En continuant à le faire toutes ces années, j’ai naturellement développé un son qui m’est propre. Je me vois plutôt comme quelqu’un qui ne savait absolument pas chanter, mais maintenant je chante depuis assez longtemps pour être capable de faire en sorte que ça sonne comme quelque chose qui m’est propre.

En dehors du chant, la reverb inversée sur “The Holding Hand” et le groove des percussions sur “Vendetta” sont remarquables. Des choix que vous n’aviez jamais faits auparavant sur vos précédents albums. Peux-tu nous en parler ?
L’inspiration pour la reverb inversée de “The Holding Hand” vient de la chanson “Planet Caravan” de Black Sabbath. Quand on a commencé à jouer avec ça, ça a donné quelque chose de complètement différent, à savoir un effet de reverb inversée sur les voix. Mais la cause de ce choix vient de l’écoute de Black Sabbath.
Le groove de la batterie de “Vendetta” a une autre origine. Lorsque j’ai commencé à écrire la première version de “Vendetta”, j’ai emprunté à ma sœur un vieux clavier jouet. Après avoir parcouru la bibliothèque de boucles de batterie pendant un moment, mon oreille a capté le rythme “Dance Rhythm Free”. J’ai allumé la boucle de batterie et j’ai commencé à travailler sur la chanson. Finalement, on a échantillonné le groove du clavier et vous pouvez l’entendre en arrière-plan de la version qui se trouve maintenant sur l’album.

Vous avez un guitariste supplémentaire dans le groupe. Pourquoi avez-vous ajouté un cinquième membre à Iceage ?
C’est ça, Casper Morilla ! C’est un vieil ami à nous. Nous avons joué avec son ancien groupe une fois. Nous voulions avoir un guitariste supplémentaire pour les concerts. De cette façon, j’ai un peu plus de liberté sur scène et nous pouvons toujours avoir un son aussi bon que sur le disque.
Lorsque nous avons commencé à répéter pour le concert, il a ajouté ses propres interprétations aux chansons. Des parties qui ne sont pas sur l’album. Ces parties supplémentaires ajoutent une dimension supplémentaire au concert, ce qui fait de lui un ajout précieux.

Y a-t-il des projets de tournée maintenant que vous avez beaucoup répété pour le live ?
On va faire quelques petits concerts au Danemark dans les mois à venir. Début 2022, on a une autre grosse tournée aux États-Unis. En dehors de ça, il est difficile de planifier des tournées car personne ne sait où va le monde en ce moment. Pour ma part, j’aimerais voyager un peu en Europe. Simplement me perdre dans les villes et partager des moments avec les gens de cette ville.
C’est le deuxième été consécutif de COVID. En tant que musicien, on a l’habitude de voyager et de partager son art avec les autres. L’été dernier, j’ai passé tout un été à la maison, à attendre que les mesures soient assouplies. J’en ai vraiment marre. Je ne peux plus supporter ça un autre été. La seule chose qui ait un sens pour moi maintenant, c’est de prendre une guitare et de partir en voyage.

“Seek Shelter” est disponible en vinyle, CD et sur toutes les principales plateformes de streaming depuis le 7 mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *